Vacances en Normandie

Pour certains, les vacances, c’est juste du repos, pour d’autres, des visites culturelles, et pour un certain nombre, surtout chez les gays, une occasion pour faire des rencontres homos ou s’amuser sexuellement. Vous êtes dans Tonic’s live, vous imaginez bien le genre de vacances qu’on peut vous proposer.


On aurait pu vous ressortir les grands classiques internationaux, les Sitges et autre Canaries, mais on en a déjà parlé si souvent. On va vous faire plutot un petit road movie gay sympa. On vous emmène en Normandie, en haute Normandie plus précisément. Oui, quitte à avoir un temps pourri, autant aller chez les spécialistes.

Alors pour commencer, comme on cherche la chaleur des corps qui manquent à celle du soleil, on regarde sur la carte et on trouve les villes et les villages qui nous inspirent. Et là, le Nord de la France à beaucoup d'inspiration. Jugez plutôt. De village en village, nous sommes passés par Triqueville, avoué que c'est parlant. Mais, parmi les 300 habitants de cette commune de 9km2, rien de bandant. Du coup, on est descendu à Boulleville, logique. Je précise que tous ces noms existent et que nous avons visité ses villages.

Alors, Boulleville… comment dire… Ben, ça porte bien son nom. 1000 habitants, c'est mort, j'aurai vraiment les boulles d'habiter là-bas. On passe donc notre chemin pour entrer dans Saint Maclou, mais non, là-bas non plus, pas de dance du tapis, rien, nada. Tout ici est vieux, et c'est pas Gaineville qui va nous rajeunir. Tout juste nous réchauffer un peu. À la recherche de la bonne, on entre dans Bonneville avant de rejoindre Beuzeville, mais rien n'y fait. Du coup, on se retourne pour présenter notre Deauville, avec, en dessous, le petit Trouville, ça, on ne pouvait pas le louper.

Bref, on a parcouru la Normandie jusqu'à trouver un havre de paix pour avoir le derrière Honfleur. Et là, on vous a trouvé un hôtel, mais alors, on ne pensait pas trouver ça là. Pour les installations de l'hôtel, piscine chauffée couverte, hammam, sauna sec, le tout accessible directement en intérieur depuis sa chambre. Quant aux touristes, du 99.9% gay, l'hôtel affichant clairement la couleur. Des Anglais, des Allemands, des Français quand même et même quelques Espagnoles un peu mazo d'être venu dans ces latitudes pluvieuses.

Tout ce petit monde pour la majorité jeune (entre 20 et 35ans) et vraiment beau et pour beaucoup avec des corps parfaits. Tout ce petit monde était entièrement décomplexé, on aurait cru un sauna gay géant en moins glauque. Ambiance bon enfant, de la détente, mais, avouons-le, beaucoup de sexe aussi, on ne se refait pas.

Il y avait aussi des femmes, mais elles semblaient plutôt intéressées par les autres femmes, ce qui nous allait très bien.

Comme à l'extérieur le temps est plutôt maussade, on se serait cru en croisière ou du moins sur une ile ou le seul sens donné à la vie serait le plaisir, sans prise de tête, sans complexe, à 2, 3, 4 et des nombres qui peuvent donner le tournis, mais toujours dans le respect des autres, sans exhibitionnisme. Une façon ludique de réviser ses langues européennes en passant de chambre en chambre. Comme quoi, il n'est pas utile de partir loin pour s'amuser, et surtout pour un prix très raisonnable de quelques dizaines d'euros par personne.

Du coup, on s'est dit, on va en parler à Tonic's Live pour faire un peu rêver les auditeurs qui cherchent ce genre de vacances libérées. Mais aussi, on s'est dit qu'on ne voulait pas voir tout Angers débarqué sur notre ile fraichement découverte. Du coup, on ne vous donne pas le nom de cet hôtel, et ce, pour une raison honteusement égoïste, et on assume.

Allez pour finir, un petit tour des villes suggestives, dans l'arrière on a Seix, dans les deux sèvres, pénétrer dans le village de ste verge, à coté de poil (véridique !). Evidement vous avez les « bourg la reine » et « bourg le roi », ça c'est classique, mais aussi le fameux porrentruy traversé par le tour de France cette année. Le légendaire Moncul, ou la chatte, belle commune de l'Isere, ou encore Beze en cote d'or, mais, important, toujours passer par la ville de condom, il faut sortir couvert ! Allez, comme on a déjà touché le fond, je vous propose quelques villes d'Allemagne, déniché par Olivier ici présent qui préfère que ce soit moi qui pas pour le mec à l'humour gras, en Allemagne on la ville de vite et celle de Gland, j'espère qu'elles sont jumelé. Et en Italie, qui ne manque pas de saint, on a le village de nichon.

Reste juste un barback plage pour avoir une belle plage sans capote, mais la je ne suis pas sur que ça existe !