Le nom des bars gay

La première chose qu’on pense quand on veut ouvrir un Bar, c’est le nom qu’on va lui donner. C’est important, c’est celui qui devra passer de bouche à oreille voire de bouche à bouche, mais ça, c’est autre chose.


Et quand on parle de bar gay, ou de bar lesbien ou les deux comme ici à l'entre 2, il faut trouver un nom pas trop nunuche, pas trop cul, pas déjà pris, compréhensible voir subtilement subversifs pour que, de suite, on sache que c'est un bar pas comme les autres.

Oubliez donc les auberges du Cheval Blanc, le balto, le café de l'église ou autre penalty. Ici on doit faire dans la tafiole sans le dire, dans le sexe sans le montrer, dans le branché en restant compréhensif. Si vous êtes en manque d'idée, optez pour le N° dans la rue, au moins ça donne une indication c'est simple et pas ambiguë.

Mais bon, ce n'est pas des plus glamour, à part si le bar est au 69 de la rue. Donc, séance de brainstorming pour trouver l'idée géniale. Si vous étiez coiffeur encore, ce serait simple, vous joueriez dans le jeu de mots. Oui attention, niveau coiffeur y a du lourd. Vous avez AC'TIFS, qui à l'énorme avantage de dire les préférences du maitre des lieux ça c'est à Argences dans le Calvados, QUALITA'TIF pour ceux qui ce la pète, c'est à Lisieux.

A Fleury dans l'orne, vous avez le Origin'Hair, Hair comme cheveux en anglais évidemment. Dans le genre, à St Maur des Fossés, vous trouverez le BEL HAIR. Mais vous pouvez faire plus tordu avec un salon à Caussade dans le 82. Ce sont des lettres, le A, le D, le Z, le I et de D, ce qui donne, ADZID, « a des idées ». Et on en remet une couche avec un sous titre « soyons de mèche ». On en fume de la bonne dans le Tarn-et-Garonne.

Bon, là, on est plus sous tiff que plein hair puisqu'on cherche un nom de bar GAY. Faisons un petit tour de France, on commence par l'Alsace ou je vous invite à l'OFFSHORE. On imagine une vague idée de pénétration de la croute terrestre. Ou alors allons au GOLDEN GATE ou vous priez pour que le lieu soit en l'honneur du pont de San Francisco et non un lieu de rencontre Golden shower au gout amer. Dans le genre bien ringard, à Caen vous passerez voir le Phil et Béa, c'est choupinou.

En plus religieux, à Chalon-sur-Saône vous trouverez le bar le Purgatoire, un bar ni paradis ni enfer, un entre deux lieux de spectacle transsexuel justement. Plus clair, à Tour, il y a l'EQUIVOQUE, ou encore plus simple, le LE LESBIGAYS CAFE à Reims À Besançon on ne s'est pas foulé puisqu'un des bars gays s'appelle : LE BAR, tout court Le QI est au havre, avec un nom pareil, ce n'est sans doute pas un bar lesbien… oui, je sais, c'est facile, c'est cadeau À paris c'est évidement la débauche de nom avec le BANANA, sans doute en hommage aux fruits, l'AMNESIA, c'est vrai que des fois, c'est bien d'oublier, l'INTERFACE, sans doute plug and play, le MIXER, tout un programme. Dans le nord on fait dans la finesse avec le RECTO VERSO avec un sous-titre classe, Backroom Spectacles, j'espère que ce n'est pas en même temps.

Toujours dans le nord, avec une super inspiration, à LILLE, vous aurez le VICE VERCA ou d'autres bars au nom encore plus clair, avec LE SHOWER BAR où l'on suppose pouvoir prendre sa douche, ou même le MARIE JANE de DUNKERQUE ou j'espère qu'il y a un coin fumeurs. À Angoulême, ça donne envie, le bar s'appelle CHEZ BRIGITTE, sans doute celle qui rie quand on l'agite. Par contre si vous allez Marseille, ça devient chaud avec le TRASH BAR et si vous fuyez vers Avignon, vous y trouverez le bar l'ESCLAVE ou encore, à Bordeaux, le fameux TROUDUC À Lyon c'est déjà plus bon enfant avec le bar À CHACUN SA TASSE, c'est sympa, mais un peu long…

J'ai LE VER LUISANT à Annecy ou même en pays de Loire, plus proche de nous, il y a Le SAPPHO à Cholet, L'AUTORIVERS à Laval, le BENJI bien sûr et enfin « L'ENTRE 2 »

Finalement, on échappe au pire, si Franck devait choisir on aurait sans doute eu droit au BARAGOUINE, mais ouf, il n'ouvre pas de bar.