Salon Rainbow Attitude

Le salon Rainbow Attitude était décliné en six univers : Associations, établissements, culture et médias, consommation et services, mode et beauté, et tourisme Ce qui a permis, en plus des nombreux stands, de voir des spectacles, des défilés de mode, des conférences, et des expositions…


Diffusion Oct 2005

La troisième édition du salon Rainbow Attitude a fermé ses portes lundi dernier, au Parc des expositions de Paris. 35.000 personnes ont franchi les portes du salon (c'est un peu moins que l'année dernière où il y avait eu 38.000 personnes)
Selon Régine Corti, qui est la déléguée générale de Rainbow Attitude. «Les premiers résultats de l'enquête de satisfaction montrent que plus d'un tiers de visiteurs ont fait le déplacement depuis la province. Elles est globalement satisfaite de l'évolution de l'exposition qui d'après elle colle toujours plus aux attentes des visiteurs.»
Parmi les réussites de cette édition: les thématiques mode et beauté, ainsi que le tourisme et la centaine de spectacles répartis dans la salle.
L'agencement des stands qui a permis une meilleure fluidité des visiteurs (moi j'ai pourtant trouvé qu'on pouvait un peu s'y perdre)
Modification prévue pour l'édition 2006: réduire l'ouverture à trois jours, du vendredi au dimanche, le lundi ayant affiché une participation trop faible.

Le salon 2005 semble avoir trouvé le bon équilibre. Finis les stands un peu décalés ou incongrus des premières éditions qui avaient pu déconcerter certains visiteurs. Cette année, les exposants ont tous leur place dans ce salon centré sur les modes de vie gay.
Selon les organisateurs, une "sélection naturelle" s'effectuerait au fil des ans chez les exposants : "Ceux qui attendaient 40 000 cartes bleues sur pattes ont compris qu'ils s'étaient trompés de salon !
Personnellement, j'en ai vu quand même, ne serait-ce que par la présence de certaines enseignes qui viennent afficher leur bienveillance vis-à-vis de la clientèle homosexuelle.


Parmi les notes négatives de cette édition, le saccage massif des affiches de Rainbow Attitude dans le métro parisien
Pas une station ne semble avoir échappé à l'arrachage systématique des images représentant un couple d'hommes ou de femmes s'embrassant. Lacérées, déchirées, éliminées : les photos qui ont provoqué la polémique étaient quasi invisibles avant l'ouverture du salon. Plus aucun visuel n'était en place dans aucune station RATP de la capitale, du nord au sud et d'est en ouest. Une horde sauvage se serait abattue sur les couloirs du métro que le résultat ne serait pas plus efficace. Comme si on avait voulu effacer ces images dont la censure légale n'a pas réussi à venir à bout.

La fête a été partiellement gâchée samedi après-midi par un groupe d'une cinquantaine de personnes, militants du Rassemblement des étudiants de droite (RED) proches de la droite traditionaliste. Après avoir payé leur entrée, ils ont envahi le podium et déployé une banderole «Tous enfants d'hétérosexuels» afin de protester contre le zap d'Act Up-Paris à Notre-Dame. Le 28 février Act Up étaient entrés dans l'église Notre Dame pendant la messe et avait scandé des propos divers avec notamment («Nous sommes le diable, nous en sommes fières, gouines et pédés en colère».)
Les membres du RED ont été rapidement séparés par la sécurité du salon.
L'un d'entre eux a été emmené au commissariat central du XVe arrondissement, où le procureur a refusé d'enregistrer une plainte de la part de Rainbow Attitude, au motif que le RED n'avait pas commis d'acte répréhensible par la loi.
Effectivement, il ont juste pété la gueule à un type