Barbara : 10 ans déjà!

Barbara a fait ses débuts à l'écluse, des textes marqués par une enfance tourmentée, elle a su accrocher un public fidèle. C'était une femme secrète avec un univers difficile pourtant l'humour et l'ironie ne lui sont pas inconnues


Diffusion novembre 2007

Je ne vais pas faire une biographie ce serait trop long, il y a tant à dire sur Barbara mais simplement donner quelques dates, faits marquants et anecdotes.

BARBARA pseudonyme de Monique Serf née le 9 juin 1930 à Paris et décédée le 24 novembre 1997 à Neuilly-sur-Seine. Elle fait ses débuts à L'Écluse en 53 à Paris VI ème, une sorte de cabaret de la première chance, bar à matelots à l'origine qui devint par la suite l'un de viviers les plus riches de la chanson française dans les années 50 où les aspirants artistes viennent s'essayer 20 mn, quelques semaines voire quelques mois . Barbara y restera 11ans jusqu'en 64.

C'est Brassens qui l'aide à franchir le pas d'une plus grande salle en l'invitant à faire la première partie de son spectacle à Bobino en 65 où elle explose et son succès ne s'est plus jamais démenti. Le lendemain dans la presse on peut lire « un faux pas de Brassens , une prouesse de Barbara ». Bobino lui propose 37 dates l'année suivante en vedette!!! Au début elle s'appuie sur les mots des autres pour marcher vers le succès en glissant ses premières chansons parmi celles d'Yvette Guilbert, Ferré, Brassens et Brel pour citer les plus connus. « A mes débuts, je n'aurais pas oser poser une plume sur un cahier » Elle n'ose pas dire qu'elle écrit car elle a l'impression qu'elle écrit mal ses toutes premières chansons sont « j'ai troqué » et « dis quand reviendras-tu? » qu'elle ne voulait pas chanter.

Peu à peu se façonne le personnage de longue dame brune, consciente de l'implacable efficacité des armes qu'elle s'est forgée. C'est avec la complicité du public que s'élabore le culte de la nuit, du noir et de l'ombre, elle est d'ailleurs surnommée la chanteuse de minuit sans doute en raison de l'heure tardive de ses apparitions sur la scène de L'Écluse.

Plus qu'un refuge, la nuit devient alors un domaine à part entière. C'est aux heures les plus tardives de la nuit que la chanteuse s'asseoit à son piano pour composer .Barbara teint de noir tout ce qu'elle évoque, elle accumule des bas noirs, des longs gants de soie noire, les épaves noires du passé (dans attendez que ma joie revienne), un grand cygne noir (dans Marienbad), l'Aigle noir, le piano noir…sans parler des goûts vestimentaires ou du maquillage! L'aigle noir savez vous ce que signifie cette chanson? Ce n'est pas un culte en l'honneur des aigles, encore moins une phobie. Elle évoque ses fantômes du passé, l'un des souvenirs les plus marquants de son enfance, celui de son père incestueux qui ensuite abandonne sa famille. Elle raconte à travers cette métaphore ce qu'elle a subi de 11 à 17 ans!

C'était une femme secrète avec un univers difficile pourtant l'humour et l'ironie ne lui sont pas inconnues (contrairement à ce que dit Benabar) : Le choix des Insomnies (chanson de 1978) nous a semblé judicieux pour montrer une artiste capable de transformer un épisode douloureux de son existence en une chanson au ton cocasse.

Le public, sa plus belle histoire d'amour
Dans «Rappelle-toi Barbara», la chanteuse évoque ses spectateurs avec émotion: «Le public m'a accouchée, il m'a rendu ma douceur, m'a fait accepter mon physique, m'a portée avec une telle ferveur, un tel amour que jamais je ne tricherai.» Serge Vincendet rappelle aussi ce lien unique: «Le rôle du public sera primordial dans sa carrière. Elle aura toujours besoin de spectateurs pour interpréter ses chansons avec la plus grande intensité». Elle lui dédie « ma plus belle histoire d'amour, c'est vous ». Chanson qui fait couler beaucoup d'encre car c'est la première fois qu'une femme écrivait une chanson d'amour!!!

A Pantin, à Mogador, au Châtelet, il y avait 3 générations dans la salle et un groupe de fidèles qui la suivaient dans toute ses tournées et entonnaient ses chansons à la fin des concerts lors d'interminables rappels, qui duraient parfois une heure!!!

Elle est le symbole d'une femme qui lutte seule et, quoique avec beaucoup de bleus au cœur, n'abandonne jamais. Je la cite : «  Pour moi chanter, c'est respirer ». Elle n'a le sentiment d'exister vraiment que lorsqu'elle chante.

1966
Elle effectue sa première grande tournée en France, en janvier et février.

Marie CHAIX devient son assistante, règle les éclairages de scène. Pour la première fois, tournée au Québec.

1969

Du 4 au 17 février, elle chante à l'OLYMPIA, accompagnée par Roland ROMANELLI, Michel GAUDRY. Georges MOUSTAKI viendra chaque soir chanter La Dame Brune, avec Barbara. Lors de la dernière représentation, elle annonce son désir d'arrêter de chanter.

Tournée mondiale : Moscou, Belgique, Suisse, Israël, Canada, Japon, Pays-Bas.

Le 15 juin 1981, Barbara prend la décision de présenter un spectacle à PANTIN qui fut un triomphe absolu!! (60000 heureux) concert qui dans la légende du music hall!

Du 28 octobre au 21 novembre, elle y chante sous un chapiteau de 3000 places, accompagnée par Roland ROMANELLI et Gérard DAGUERRE.

C'est assez rébarbatif de parler de dates… car il y a beaucoup de choses à dire sur Barbara. En tout cas il faut aussi parler de sa voix qui au fur et à mesure des années se brise perd de son souffle et devient de plus en plus rauque Au Japon, au Festival-Hall d'Osaka, le 27 janvier 1988, la chanteuse, devant le public, perdit sa voix. Entre temps elle s'adresse à un spécialiste de la voix et en 1990, deux ans plus tard, comme promis. Sa voix, cette fois était parfaite.

Plus tard, elle interrompt également son récital au THEATRE DU CHATELET en 1993. Mais un nouveau rendez-vous est pris pour le 6 novembre où Barbara doit chanter jusqu'au 31 décembre. Souffrante, Barbara s'interrompt et ne revient chanter que les 11, 12 et 13 décembre, récitals qui font l'objet d'un enregistrement public.

La femme-piano
Dès son enfance, Barbara a été attirée par le piano: «La gamine (...) joue de l'instrument sans l'avoir appris avec beaucoup de brio, explique Serge Vincendet. C'était une petite fille qui voulait jouer du piano, c'était son obsession : jouer du piano et chanter devenir pianiste chantante. Les gens qui étaient à l'école avec elle - de ville en ville car comme vous le savez la famille d'origine juive s'est cachée, a fuit pendant la guerre - tous ont ce souvenir d'une petite fille qui faisaient semblant de jouer et chantait tout le temps!!! Hélas en 44 alors qu'elle a 14 ans et qu'elle commence à jouer (personne ne sait comment d'ailleurs, elle était autodidacte avec un instinct musical phénoménal), donc à 14 ans une boule à la main droite apparaît et elle va être obligée de se faire opérer 7 fois pour la débarrasser de ce kyste. Au terme de cette 7ème opération elle apprend qu'elle ne sera jamais pianiste puisque la main est atrophiée!!! Elle passe alors des heures, des jours à essayer de se rééduquer elle-même et que se passe-t-il après?. Et bien toute sa vie elle a chanté en mettant toujours son piano du même côté de la scène à l'inverse du côté de celui des pianistes classiques. Comme cela le public ne voyait pas sa main droite dont elle n'utilisait pas tous les doigts pour jouer!!!Le piano est l'accessoire qui lui ouvre les portes de l'Eden, elle entretient un rapport presque charnel avec celui-ci.» Le documentaire cite l'artiste: «Mes mains s'agitaient sur un clavier imaginaire et pendant de longues heures, j'étais la plus grande pianiste du monde.»

Ses textes, sa vie
Dans les textes de ses chansons, Barbara dévoile une partie de son intimité. «Elle mettra en parole des bribes de sa propre vie auxquelles chaque auditeur peut s'identifier (...). Bien souvent, Barbara ne peut écrire qu'après une déchirure, seule la douleur lui permet d'accoucher sur le papier des mots qui expriment ses pensées», raconte Serge Vincendet. «Je n'ai pas le talent d'écrire sur commande, pour que j'écrive, il faut que je vive», explique l'artiste, rayonnante, dans le documentaire.

Barbara c'est 130 textes et l'Aigle noir y en a marre!!!!!

Autre fait marquant : Barbara fait du SIDA, une cause personnelle. Elle écrit d'ailleurs une chanson sur ce thème : sid'amour à mort » et rend visite aux malades su sida jusqu'à la fin de sa vie. Elle fait installer à Précy une ligne téléphonique leur permettant de l'appeler et de lui parler. Elle chante aussi de façon non-médiatique dans les prisons pour la prévention du SIDA.